blog eco p PleinestLes Forges de Bologne déménagent à Chaumont. Le groupe Lisi a été séduit par l’hypothèse qui semblait la plus évidente aux yeux de maints observateurs : Plein Est. (JHM du 18 décembre 2015).

La plus grosse entreprise privée de Haute-Marne, Forges de Bologne (750 personnes) va déménager dans une nouvelle usine. Elle sera implantée sur la zone Plein Est, à l’entrée de Chaumont lorsqu’on vient de l’ouest (Paris – Troyes – Colombey) ; Pascal Cantrel, directeur industriel et technique Forges, qui a monté le projet, évoque un horizon à 5 ans que reprend d’ailleurs l’intitulé du dossier : “Forges 2020”.

On ne connaît que les grandes lignes du cahier des charges : un terrain plat à immédiate proximité de points d’alimentation en électricité et en gaz. Ce sera donc Plein’Est qui non seulement est plat mais aussi quasiment vide.

«L’usine sera performante» consent à lâcher le très discret Pascal Cantrel : «au niveau de celles de nos concurrents». Naturellement, tout y sera optimisé, notamment la consommation d’énergie et les flux. Aujourd’hui, la pièce parcourt 5 km entre son état “lopin” et l’expédition du produit fini. Dans la prochaine usine, les déplacements seront compris entre 180 m et 300 m. On mesure les progrès !

Le nouveau bâtiment aura une surface de 40 000 m2. Le coût de cette partie immobilière est évalué à 40 M€. C’est là qu’intervient le GIP : une société d’économie mixte (SEM) patrimoniale voit le jour, Immobail. C’est elle qui s’empare du volet “terrain-bâtiment”. Le président du Conseil départemental prend la moitié des parts plus une ; le président du GIP prend l’autre moitié des parts moins deux. Une personne privée prendra l’action restante. Les 5 001 actions représentent un capital de départ de 5 M€. La SEM louera les installations au groupe Lisi, propriétaire des Forges de Bologne, pour un loyer de 2,3 M€/an.

Cet investissement vise à maintenir l’activité et donc l’emploi des Forges de Bologne. Il est vrai que les salariés des Forges étaient loin d’habiter tous à Bologne. On compte même nombre de Chaumontais en leur sein. L’entreprise développe un chiffre d’affaires de 115 M€. Elle livre en direct ou pas des pièces pour tous les constructeurs aéronautiques ; un marché porteur s’il en est : la flotte aéronautique mondiale double en volume tous les 15 ans, mais la concurrence, notamment asiatique, y est féroce. Le scénario d’une usine neuve s’est avéré moins coûteux qu’une réhabilitation/mise aux normes du site historique de Bologne.

L’actuel site sera “nettoyé” et fermé. On ignore tout à ce jour de son destin…