Le complexe dossier des sables de fonderies, qui pourraient être lourdement taxés comme une activité polluante, fait l’objet d’échanges discrets entre les parties concernées. (JHM du 31 janvier 2017)Le JHM est en mesure de révéler quelques éléments nouveaux sur ce très discret dossier.
Il semble que les interventions de Madame le préfet aient permis d’obtenir un sursis – jusqu’à fin mars – pour l’envoi aux cinq fonderies nord haut-marnaises des fameuses notifications de redressement.
Les entreprises (de Saint-Dizier, Wassy et Joinville) concernées disposeraient donc de deux mois et demi pour travailler avec la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) au reclassement de leur décharge. Mais selon nos informations, aucune garantie n’aurait été obtenue par les industriels haut-marnais sur l’abandon demandé de la taxation.
Tout au plus aurait-il été évoqué une possible négociation des montants de la taxe honnie.


Une réunion a eu lieu lundi 9 janvier en fin d’après-midi à Chaumont. Y participaient les représentants de l’État et les fondeurs. Ceux-ci ont rappelé la position que l’on sait : l’annulation pure et simple de cette taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) sur les trois années passées.
Les industriels ont fait remarquer que la Loi de finances rectificative (LFR) avait bien supprimé la taxe sur les sables de fonderie. Dans un esprit de conciliation, les fondeurs nord haut-marnais ont réaffirmé leur volonté de travailler ensemble et en collaboration avec les services de la Préfecture et du Conseil départemental à la mise en place de solutions pérennes pour valoriser ces sables usagés.
Les entreprises se sont engagées à fournir des informations aux ministères concernés pour obtenir l’annulation pure et simple de ce néfaste projet avant une éventuelle nouvelle notification.