Mariette Desrumeaux a toujours voulu être esthéticienne. Les hasards de la vie ont pourtant amené la jeune femme à exercer le métier de préparatrice en pharmacie en Région parisienne ; sauf qu’elle voulait être esthéticienne ! Originaire de Chevillon, elle est donc revenue en Haute-Marne, à Eurville plus précisément, afin d’y exercer le métier de son choix. (JHM du 14 février 2017)  La mairie d’Eurville lui loue un local, ce qui lui a permis de s’installer à son compte, avec le statut d’artisan : «C’est passionnant. Je fais ce que j’aime !».

Mariette Desrumeaux est parvenue à ses fins au terme d’une intensive formation pour adultes ; elle a décroché l’indispensable diplôme qui lui a permis de se mettre à son compte.

Cela dit, une fois installée, bien que totalement “opérationnelle” dans son art, la jeune femme continue de se former : «au minimum une fois par an».

Avec un recul de cinq années, elle considère sans une once d’hésitation et moins encore de regret qu’«être à son compte, c’est une véritable satisfaction. Je ne pourrais pas revenir en arrière». Elle assume, et c’est tant mieux !

Travailler seule est aussi un choix. Elle redoute les complications d’une embauche. Elle est donc la patronne de sa vie professionnelle. Elle décide de tout et s’en porte bien : la déco très nature, verte et jaune, c’est elle.

Mariette Desrumeaux a aussi résolument choisi d’exercer en milieu rural. «La relation n’est pas la même avec les clientes. Je les connais bien plus que si j’étais installée en ville». Elle voulait un institut convivial ; elle l’a réalisé à son image. Par ailleurs, en “marge” de ses compétences d’esthéticienne, Mariette cultive un don certain pour le maquillage artistique : elle “peint” sur des parties entières du corps féminin. Mais c’est pour le fun…