L’ancien CFA interpro surfe sur les technologies d’aujourd’hui et de demain. Alméa se positionne pour former des salariés impliqués dans le déploiement des réseaux de fibre optique. (JHM du 25 avril 2017)Comme jadis pour l’électricité, cela passe par un réseau, en l’occurrence ici de fibre optique ou de cuivre ; un réseau à déployer durant ces prochaines années. Le chantier est immense. Des entreprises parfois énormes (Sogetrel) souvent filiales de géants (Orange) se placent et répondent aux appels d’offres des territoires. Mais au bout de la chaîne vont œuvrer des salariés. Ceux-ci, par définition, n’existent pas encore puisque les technologies sollicitées sont émergentes, tout comme les formations qui permettent d’y accéder. On sait qu’il y aura du travail, beaucoup de travail, beaucoup d’emplois et donc des salariés à former dans les années qui viennent. Il se trouve que la formation est justement le cœur de métier d’Alméa. Opportuniste au bon sens du terme, l’organisation champardennaise – si cela a encore un sens – s’est donc positionnée très tôt. Elle a même fait de cette formation aux métiers des réseaux et télécoms un axe de développement majeur pour cette année. Le décor ainsi planté, on mesure tous les enjeux de la séquence de travail qui réunissait jeudi à Chaumont Maxime Bordier, directrice d’Alméa 52, Alain Penné, président régional, Jean-Christophe Barbier, responsable pédagogique du Pôle des métiers de l’informatique et des Télécoms, et Christophe Testi, directeur régional de la formation continue. Il s’agissait pour eux de préparer le terrain, de ménager l’avenir, de repérer les lieux, les personnes-ressources afin de réaliser à Chaumont un mini-plateau technique qui permettra d’y dispenser 60 à 70 % des formations nécessaires. Les 30 % restants seront réalisés sur le plateau "échelle 1" qui existe à Vatry depuis juillet 2016. Qui dit formations dit formateurs. Ce seront soit des actuels collaborateurs d’Alméa qui présentent le bon profil et se positionnent, soit des formateurs venus de l’extérieur. Un partenariat avec le lycée Loritz, de Nancy, spécialisé dans ces domaines, est déjà acté. Si tout se passe bien, le plateau chaumontais pourrait être une réalité à la fin de cette année. Le “public” pressenti serait essentiellement composé d’adultes en insertion. Objectif fibre pour Alméa Alméa, centre de formation régional – toujours plus connu sous l’ancien vocable de CFA interpro – prépare un gros coup : objectif fibre. Le projet s’inscrit dans le cadre du plan “France très haut débit” sur les rails. Il s’agit de doter notre pays, dans sa quasi-totalité, du haut débit numérique, tant pour les particuliers que pour les entreprises.