Devant un parterre de chefs d’entreprise ou de cadres, Olga Ciesco a séduit la salle par un propos simple et convainquant sur le langage corporel. (JHM du 23 mai 2017)

Olga Ciesco a commencé par planter le “décor” : «la vérité est au-delà des mots et il y a un lexique du langage corporel. Ce lexique est universel : «on est tous câblés de la même manière». C‘est notre gauche qui est bavarde, ou plutôt notre côté gauche : moitié du visage, ras et main gauche, jambe gauche : tout ce qui relève de l’émotionnel est là, passe par là, et il est quasi impossible de contrôler ce que dit cette partie franche de nous à qui sait le lire. On peut mentir avec la droite, pas avec la gauche ; et nos mains, par exemple, sont très bavardes. La hauteur d’une poignée de mains nous révèle d’emblée des choses sur celui que l’on salue. Cela peut rendre service de le savoir lorsque commence le rendez-vous d’affaires, ou l’entretien d’embauche.

Tout le corps, d’ailleurs, est bavard. Quand on est content, satisfait, on prend plus de place et on se rehausse. Il suffit de revoir les images des joueurs et supporters du CVB à l’issue de la finale gagnée pour se convaincre de la justesse du propos. Dans le même registre, il y a des manières plus ou moins “sincères” de prendre quelqu’un dans ses bras, de lui faire un câlin. Olga Cisco a eu la bonne idée de proposer à la salle des travaux pratiques du câlin (notre photo), exercice qui a eu l’heur de dérider bien des zygomatiques. Olga Ciesco a aussi évoqué les microdémangeaisons qui font que l’on se touche le visage plus de 300 fois par jour. Elle a surtout conclu sur un rappel intéressant : les bonnes décisions, les décisions, positives, on les prend quand l’esprit est bien disposé. Et rien ne vaut la “Power posture”, une posture du corps facile à prendre, pour orienter l’esprit dans le bon sens. Faits comme moi : mains sur les hanches, haussez-vous sur la pointe des pieds…