La CCI Meuse-Haute-Marne sera une réalité le 1er janvier 2019. Son siège sera à Saint-Dizier. Elle comptera 36 élus alors qu’ils sont deux fois 24 actuellement. Son directeur général sera Jean-Bernard Hergott. (JHM du 11 juillet 2017).

Tout cela vient d’être acté par une commission mixte composée de trois élus de chaque chambre et des deux présidents. Tout cela a même été voté à l’unanimité des présents (80 votants et autant de pour) lors de la dernière séquence de travail des CCI du Grand Est qui se penchait sur le prochain schéma directeur.

Sur le terrain, les choses n’attendront pas janvier 2019 pour se mettre en place. Les deux présidents actuels, Jean-Paul Hasseler pour la Haute-Marne et Henri Coget pour la Meuse souhaitent travailler sur les dossiers communs dès janvier prochain.

Les nouvelles listes électorales seront prêtes durant le premier semestre 2018. Les candidatures seront connues pour septembre 2018. Le vote devrait avoir lieu en octobre. L’installation aura normalement lieu le 1er janvier suivant.

À court terme, tous les sites des deux CCI sont conservés. Tous les permanents aussi, avec de possibles évolutions de postes, mais pas de suppression. Il se murmure qu’une très symbolique assemblée générale commune serait organisée à l’automne prochain.

Voilà donc le dossier quasiment ficelé ! Souvenez-vous : le JHM évoquait déjà ce projet de fusion dès septembre 2015. On était alors encore loin du Grand Est. La CCI de Lorraine avait alors mis des bâtons dans les roues du projet. L’explosion des anciennes régions a changé la donne ; une salve d’applaudissements a même salué l’annonce, en AG des CCI Grand Est, du prochain mariage. Cette fois, on voit mal ce qui pourrait empêcher les tourtereaux de convoler.

Cigéo, dossier structurant s’il en est, à cheval sur les deux territoires, est un des principaux moteurs de ce désir commun de s’associer. La future CCI Meuse – Haute-Marne donnera à ses ressortissants une visibilité bien supérieure.

S’il est vrai qu’il n’est pas d’union qui tienne sans projet, le JHM est en mesure de révéler ici les cinq pistes de travail fondamentales de la prochaine CCI :

1) Cigéo.

2) La transformation numérique. Un gros travail en interne est déjà engagé.

3) Une offre de services crédible, voir une référence, pour toutes les collectivités locales.

4) Une mobilisation des futurs élus de la future chambre afin que ceux-ci, de par leur engagement, aient un impact réel sur l’économie de leur territoire.

5) Un effort affirmé en faveur des territoires excentrés (on pense chez nous au sud Haute-Marne). La proximité de la future chambre auprès de toutes les entreprises de son territoire semble au cœur des préoccupations des deux présidents actuels.

Voilà pour ce qui devrait être les axes stratégiques de la future entité, s’ils sont validés en septembre prochain.