Henry Coget, président de la CCI 55, et Jean-Paul Hasseler, président de la CCI 52, ont tenu conjointement une conférence de presse, mercredi 22 novembre 2017, afin de dénoncer le projet du Gouvernement de raboter de 17 % la fiscalité des CCI.

Concrètement, 60 % du budget d’une Chambre comme celle de la Haute-Marne relèvent de cette fiscalité. Si le coup de rabot prévu venait à être confirmé, cela se traduirait mécaniquement par une baisse de 265 000 euros des ressources de la CCI-52.

Henry Coget a rappelé devant la presse que la dotation nationale avait déjà baissé de 35 % sur les cinq dernières années : « On veut bien contribuer à l’effort, mais pas à cette hauteur-là. Nous faire un coup comme ça, c’est profondément injuste ».

« L’investissement, c’est plié » a résumé d’une formule lapidaire Jean-Paul Hasseler qui s’est voulu rassurant sur un point : « on fera tout pour préserver le personnel ».

Pour les deux présidents de territoires semblables, la mesure envisagée va affaiblir encore davantage les territoires ruraux ; les deux hommes rappelaient notamment qu’un de leurs axes stratégiques consiste justement à intensifier l’expertise de la Chambre auprès des collectivités locales ; a priori, elles auront donc moins que ce qu’elles auraient pu avoir.

Les entreprises aussi seront lésées puisqu’en cotisant toujours autant, elles disposeront de moins de services.

Dans les éléments de langage fournis aux Chambres par CCI France on pouvait notamment lire qu’en procédant ainsi, « le Gouvernement tire sur son meilleur allié sur les territoires ».

Les deux hommes, entourés d’élus meusiens, en ont appelé à Emmanuel Macron « pour que les CCI puissent encore progresser dans leur action au service des TPE et des PME […] C’est ainsi supporter la politique qu’il souhaite mener pour armer nos entreprises face à la transformation de l’économie ».

Le vote est attendu pour la mi-décembre.