Personne n’a rien dit, mais la semaine dernière a marqué un tournant dans la démarche de fusion des CCI de Meuse et de Haute-Marne. Mardi, à Chaumont pour l’opération CCI Business Builder, le lendemain soir, à Saint-Dizier, lors d’une conférence de presse sur la réduction des ressources des CCI par le Gouvernement, les deux présidents des deux Chambres, Henri Coget (Meuse) et Jean-Paul Hasseler (Haute-Marne) étaient côte à côté. Les deux hommes ont bien insisté sur cette proximité. A Chaumont, C’est Henri Coget qui a présenté devant des Haut-Marnais les axes stratégiques de la future chambre commune. A Saint-Dizier, le président de la Meuse est venu entouré de deux autres élus de la Chambre meusienne pour une conférence de presse très fusionnelle.

Les deux hommes, les deux chambres passent à la vitesse supérieure et envoient des signaux forts aux observateurs : la fusion a commencé.

Henry Coget l’a expliqué sans ambage au JHM : «Nous avons la volonté de mutualiser dès que possible toutes les opérations Meuse-Haute-Marne». L’année 2018, qui est juste devant nous, sera l’année de préparation de cette fusion ; une sorte de mise en configuration. Déjà, la transition a débuté : des missions, des services, sont mutualisés.

Dans ce contexte, les orientations stratégiques déroulées par Henry Coget devant des chefs d’entreprises haut-marnais prennent une importance toute particulière. C’est une sorte de profesion de foi qu’il a décliné (voir encadré). Ne nous y trompons pas : que ce soit un Meusien qui ait dit cela à Chaumont a une charge symbolique encore plus forte que le propos que nous reprenons ici. Un propos qui sera sans doute commenté demain lors de l’assemblée générale de la Chambre (encore haut-marnaise) qui aura lieu – autre symbole – dans les murs de l’UTT à Nogent.