De l’intervention la semaine dernière du directeur de la Banque de France devant un parterre d’acteurs de l’économie haut-marnaise, on retiendra que la conjoncture s’améliore globalement.

Fabien Mortier, directeur départemental de la Banque de France, est un “cumulard” : il parvient à faire fonctionner ensemble un esprit d’analyse, un esprit de synthèse et une grande modestie. Démonstration en a été apportée jeudi soir dans les salons de la préfecture à l’occasion de la présentation des principaux résultats de l’enquête annuelle réalisée par la Banque de France pour la région Grand Est.

La reprise a été au rendez-vous de l’industrie de notre région l’an dernier. Après une année de transition, le chiffre d’affaires total a augmenté (+ 3,6 %). Les entreprises industrielles haut-marnaises ont vu elles leur chiffre progresser de 6,5 %. Cette croissance concerne l’ensemble des secteurs industriels. Les industriels ont accru leurs effectifs en faisant surtout appel à la main-d’œuvre intérimaire. Pour 2018, les chefs d’entreprise prévoient une nouvelle progression de l’activité et une légère reprise des investissements. Le Grand Est se distingue depuis deux ans par un effort d’investissement supérieur au niveau national (21,5 % contre 17,5 %). Las, en Haute-Marne, ce taux n’a été que de 15 % en 2017. La rentabilité de ces entreprises s’est confirmée en 2017 et devrait se consolider en 2018.

Le bâtiment est à différencier des travaux publics. Le premier a connu en 2017 une croissance de 2,7 % tandis que les TP ont amélioré leur chiffre de 2,9 %. La commande publique, qui était exsangue, est revenue. Les effectifs en ont profité ; mais comme toujours, les intérimaires surtout… Ces mêmes effectifs devraient progresser de 2 % en 2018, mais cette fois avec davantage de recrutements stables. Si globalement les marges ont progressé en 2018, les entreprises du bâtiment du Grand Est restent moins rentables que la moyenne française.

Les services marchands ont augmenté leur chiffre d’affaires de 5,3 % en 2017 (+ 11 % pour la Haute-Marne !). Les prévisions 2018 font état d’une hausse de + 4,5 % (+ 6 % pour la Haute-Marne). Ce contexte positif a encouragé les entreprises à améliorer leurs effectifs. La croissance annoncée pour 2018 devrait logiquement se traduire elle aussi par des embauches.

Dans ce contexte globalement positif, les défaillances d’entreprises ont diminué. Logique. (JHM du 20 février 2018)