Le déménagement approche à grands pas pour CMUP (Concept Mécanique Usinage Précision). La communauté de communes a fait diligence : l’entreprise de Noël Nicaise s’apprête à quitter son site emblématique de la zone industrielle de la Dame Huguenote, à Chaumont, pour un bâtiment flambant neuf à Plein Est, en face de la vaste surface promise aux Forges de Bologne.

Le nouveau bâtiment est terminé. La surface réservée à la seule production mesure à elle seule 1 200 m². La surface totale couverte atteint 1 500 m². Le gain de place est donc énorme.

Il n’est pas que l’espace qui change. L’impression de lumière frappe immanquablement le visiteur qui pénètre dans les lieux : H2M (Brethenay), chargé de la maîtrise d’œuvre, a bien fait les choses.

Noël Nicaise va naturellement mettre à profit le déménagement programmé pour novembre pour tout réagencer de manière à tout optimiser, dont les flux. On devine que la quête de la certification Iso 9 001 se pointe à l’horizon de l’entreprise.

Il s’agit pour CMUP et ses 8 salariés de continuer à faire ce qu’elle sait si bien faire en mettant son site en adéquation avec les attentes et les standards de l’industrie d’aujourd’hui. La future immédiate proximité géographique de Lisi n’y est pas forcément étrangère. Les nouvelles installations et l’agencement optimisé de tous les outils de production, de même que le développement d’un vrai service contrôle et qualité vont rassurer les grands comptes.

CMUP va donc continuer à usiner des pièces prototypes de toutes tailles pour tout type d’industries, de l’agricole à l’aérospatiale en passant par l’automobile et le médical. L’entreprise travaille les métaux ferreux, non-ferreux, et les plastiques. Elle entend aussi développer ses compétences et ses moyens en impression 3D.

Le nouveau site sera un atout supplémentaire pour confirmer les points forts de CMUP : la qualité de réalisation et la réactivité. Il arrive qu’une pièce soit terminée quelques heures seulement après réception de la commande !

CMUP réalise aussi des soudures de tout type. Elle fabrique aussi des machines spéciales et des outillages.

Bien sûr, le nouvel outil doit logiquement nourrir de nouvelles ambitions. Mais Noël Nicaise rappelle à dessein une évidence : « on reste les mêmes et naturellement, on continuera de dépanner tous nos clients ».

Le GIP a participé à hauteur de 20 % à l’investissement. Deux années se sont écoulées entre l’idée et la livraison des clés. L’entreprise cessera de travailler durant une semaine, le temps de déménager et réinstaller ses machines. Un nouveau signe positif pour Plein’Est !

JHM du 30 octobre 2018